Monastère
Son nom : Élie
Le Monastère de Saint-Rémy est sous le patronage de saint Élie.
Dans l'esprit du Prophète Élie, leur "chef et père" -prophète vénéré des juifs, des musulmans et des chrétiens de l'Orient et de l'Occident-, les carmélites tendent à vivre en présence de Dieu, recherchent sans cesse son visage pour devenir ainsi les témoins de son amour.
Par Élie, le Carmel, ordre prophétique, a un lien unique dans l'Église avec Israël. Face au premier schisme, celui de l'Église et d'Israël, il est appelé à témoigner, dans le temps, de l'attente de ce qui doit être, qui devrait être et qui, un jour, sera réalisé par Dieu, c'est-à-dire de l'unité des deux communautés saintes, celle d'Israël, et celle de l'Église.

Vocation carmélitaine
Le Monastère Saint-Élie s'insère dans la tradition spirituelle carmélitaine. Le Carmel, carrefour où deux fleuves spirituels mêlent leurs eaux, est une réalité porteuse des richesses de l'Orient son berceau et de l'Occident en sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix. Il s'insère dans le monachisme constitué à l'époque du grand essor de la littérature patristique et participe à son caractère de plénitude unifiante.
La Règle du Carmel invite à vivre dans la dépendance de Jésus-Christ, à méditer la parole de Dieu, à veiller dans le combat spirituel et la prière. Cet idéal se concrétise dans la garde de la cellule et dans la vie fraternelle.
Vocation oecuménique
Nous nous proposons, dans l'esprit d'Élie et des saints du Carmel, dans la ligne oecuménique de Vatican II, de nous mettre à l'école des Pères de l'Église et des maîtres spirituels du monachisme, spécialement de ceux de l'Orient chrétien dont l'enseignement appartient au patrimoine commun de l'Église indivise (cf. Décret sur l'œcuménisme 15).
Dieu nous appelle à entrer dans sa communion personnelle la plus intime et l'Unité nous est donnée dans l'unité fondamentale des Personnes divines. " Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu'ils soient un en nous aussi, afin que le monde croie que tu m'as envoyé " (Jn 17,21). Nous ne vivons pas pleinement cette réalité, aussi " l'amour de Dieu répandu en nos cœurs par l'Esprit " (Rm 5,5) attise en nous la passion de l'unité du Corps du Christ.

Par la Fraternité Saint-Élie qui compte des membres des Églises orthodoxes et orientales, de la Communion anglicane et des communautés issues de la Réforme, le Monastère Saint-Élie embrasse dans sa supplication tous les disciples du Christ et porte le souci de la communion des Églises.
Dialogue avec l'Orthodoxie
La célébration de la liturgie byzantine nous fait communier au cœur de l'Orthodoxie. Toute pétrie de la pensée patristique, elle nous façonne peu à peu. L'intelligence descend dans le cœur. L'oraison thérésienne, cheminement vers le lieu du cœur, rejoint alors la spiritualité orientale. Règle du Carmel et tradition monastique orientale s'harmonisent sur le chemin de la prière continuelle.
À ce dialogue intime réalisé dans la prière peut s'ajouter le partage de vie avec des moines et moniales orthodoxes. La fête de saint Élie, le 20 juillet, permet la rencontre de nombreuses personnalités orthodoxes, dans la réflexion, le dialogue et la prière.

© Monastère Saint-Élie