Histoire
1964 : au Carmel de Nancy, le décret sur l'œcuménisme du concile Vatican II trouve un écho pressant. La prieure, Mère Élisabeth avec l'accord de la communauté, envisage alors la fondation d'un Carmel de rite byzantin.
Le projet s'explicite peu à peu ; il est encouragé par les supérieurs et béni par le pape Paul VI.
Après consultation fraternelle de plusieurs représentants de l'Orthodoxie en France, un statut approuvé par l'évêque permet aux sœurs engagées de prier les offices dans le rite byzantin.

1971 : Cette "section orientale" est transférée au Carmel de Nogent-sur-Marne. La proximité de Paris permet une meilleure connaissance de l'Orthodoxie et l'apprentissage de la peinture des icônes.

1974 : Avec l'autorisation des évêques de Nancy et de Dijon, le Monastère Saint-Élie est fondé par quatre carmélites de Nancy, à Saint-Rémy (Côte d'Or), sur la route oecuménique qui conduit de Bussy (monastère orthodoxe) à Taizé.

1986 : Le monastère est canoniquement érigé en Carmel sous la juridiction de l'Ordinariat pour les catholiques orientaux en France, lequel délègue ses pouvoirs à l'évêque de Dijon.
1991 : À la demande d'amis de diverses confessions chrétiennes, naît une Fraternité Saint-Élie.
1994 : Fondation d'un skite (petit monastère rattaché à un autre monastère) en Roumanie, dans les Carpates orientales.

© Monastère Saint-Élie